loi el khomri : un débat sans fin

loi el khomri : un débat sans fin

loi el khomri : un débat sans fin

En plus du contrat de travail, les changements avancés à l’initiative de la ministre du Travail ne sont pas sans conséquence majeure sur la vie en entreprise. La loi el khomri n’a pas cessé de connaître des améliorations au fil du temps. Le 29 février, le gouvernement a décidé d’organiser de nouveaux débats avec les syndicats. Ce projet de loi concerne, en effet, les nouvelles protections destinées aux entreprises ainsi qu’aux salariés.

Les changements souhaités avec la loi el khomri

loi-el-khomri.jpg

Des changements sont prévus avec la loi el khomri. Pour les heures supplémentaires, les salariés travaillant plus de 35 heures en une semaine seront encore mieux payés. Ce changement permet aux entreprises de bénéficier d’une grande marge de manœuvre. Grâce à la loi el khomri, les entreprises pourront procéder à la négociation d’une majoration de 10 %. En ce qui concerne le licenciement, le motif peut être économique. Ce licenciement peut être justifié par la diminution des commandes ou du chiffre d’affaires. Si actuellement, l’entreprise ne peut licencier en salarié que pour deux motifs, dont la mutation technologique et la cessation d’activité, désormais aux raisons du départ forcé des salariés s’ajoute cette situation économique de l’entreprise. Par ailleurs, avec la loi khomri, les TPE et PME peuvent adopter le forfait-jour, même si ce régime a été réservé aux travailleurs dont les heures travaillées sont difficiles à calculer.

Les débats engendrés par ce projet de loi

les-debats-engendres-par-ce-projet-de-loi.jpg

Le gouvernement a presque réussi à mettre en place le projet de loi el khomri. Pour leur part, les entreprises et salariés ne sont pas sans réaction face aux divers changements. La loi sera bientôt effective et apporter de changements non négligeables sur le droit du travail. Les médias, surtout les presses écrites, relatent de nombreux débats liés à la prochaine nouvelle loi el khomri, pour ne citer que « Le va-tout libéral » de Les Échos.